Tables rondes

#Table ronde / Poésie et musique : Dialogue entre poètes

Jeudi 19 mai : 16h30 à 18h > Salon de Lecture

Avec : Mohamed Hmoudane, Abdelghani Fennane, Jean-Michel Espitallier, Philippe Beck
Modération : Stéphanie Gaou

Poésie et musique sont liées. Dans la culture occidentale comme arabe, nombre de poètes s’en sont prévalus : Orphée, représenté par une lyre, en Europe ; Majnoun Leila, la légende du folklore arabe antéislamique ou la tradition des Muachah, poèmes andalous chantés ou des Qasaîd….
Le dialogue entre ces deux arts s’est au fil du temps, renforcé puis distendu au siècle dernier. Le rapport texte-musique (lyrisme, statut de la voix) a connu de constantes mutations.
A l’heure où l’écriture ouvre de nouvelles perspectives poétiques et explore de nouveaux territoires, qui mieux que les poètes pour évoquer l’alchimie secrète qui les lie à la musique ?
Poésie et musique vivent-elles encore en osmose ?

#Table ronde / Musique et BD : La BD évoque le 6e art

Vendredi 20 mai : 12h à 13h30 > Salon de Lecture

Avec : Zeina Abirached, Gilles Poussin Gardot, Zainab Fasiki, Youssef Daoudi
Modération : Murtada Calamy

Source d’inspiration intarissable pour les auteurs de BD, il n’est pas rare que la musique soit le personnage principal d’un album ! Les dessinateurs s’en servent et s’en nourrissent. En témoignent la floraison des biographies musicales dessinées qui paraissent comme celles du groupe rock Indochine, ou du musicien Django Reinhardt, pour les plus récentes, ou des récits graphiques tels Le piano oriental de Zeina Abirached.
Au Maroc, l’émergence de la bande-dessinée est récente et cette fusion des genres encore timide. Dans cette table-ronde, des bédéistes des deux pays échangeront leurs points de vue. Comment représenter la musique ? Comment rendre palpable le son en dessin ?

#Table ronde / Rappeurs et slameurs, poètes d’aujourd’hui

Vendredi 20 mai :15h à 16h30 > Salle des Tables Rondes

Avec : 7MZ, Noussayba Lahlou, Casey, Mobydick
Modération : Soundouss Chraibi

Les rappeurs et slameurs sont-ils les nouveaux poètes de la musique? Du rap au slam, ils apportent un souffle nouveau à la langue. Ces artistes jouent avec des rimes, qui ont résisté au temps, entre punchlines et textes ciselés. Cet art du décalage et le mariage des mots qu’ils proposent revient en force ces dernières années, incarné par ces poètes d’un genre nouveau.
De fait, Ces rappeurs-slameurs-poètes trouvent-ils leur inspiration dans des œuvres littéraires? Quel regard jettent-ils sur cette poésie revendiquée? Croisent-ils les influences, multiplient-ils les collaborations littéraires.

#Table ronde / La musique, entre mémoire et patrimonialisation

Vendredi 20 mai : 15h à 16h30 > Salon de Lecture

Avec : Ihssan R’miki, Omar Metioui, Brahim El Mazned
Modération : Hassan Nejmi

Aujourd’hui la musique occupe une place de choix au sein du Patrimoine culturel immatériel de l’humanité, répertorié par l’Unesco depuis 2003.
Au Maroc, la musique est foisonnante, elle est partout et innerve la vie des Marocains, dans les moments joyeux comme de tristesse. Du Nord au Sud du pays, de l’Est à l’Ouest, on compte des dizaines de styles du chaabi au gharnati, en passant par la aita ou l’arabo-andalou et la musique des Rways. Dès lors se pose des questions de conservation et de patrimonialisation. Que reste-t-il de ces myriades de styles, dont certains ont une histoire millénaire, à l’orée de la mondialisation? Quid de la conservation et de la patrimonialisation? Peut-on et doit-on envisager leur valorisation à l’ère de la mondialisation?
Dialogue entre Omar Metioui, figure de la musique arabo-andalouse à Tanger et plus généralement au Maroc, et Brahim El Mazned, entrepreneur culturel et directeur artistique du festival Timitar de Agadir.

#Table ronde / Littérature et musique: Des écrivains sous influence

Vendredi 20 mai : 17h à 19h > Salon de Lecture

Avec : Gilles Leroy, Christian Eudeline, Moha Souag, Ali Benziane
Modération : Driss Ksikes

Dans le champ littéraire, ils sont nombreux les écrivains, en France ou au Maroc, à côtoyer les univers musicaux: jazz, rock, opéra, musique arabe… Source d’inspiration, la musique scande leurs œuvres, y apporte rythme, grâce et vitalité. Quelle relation les romanciers, essayistes ou poètes des deux rives de la Méditerranée entretiennent-ils à la musique? Sous quelle forme la retrouve-t-on dans leurs œuvres? Mettent-ils en valeur cette porosité entre les deux pratiques?
En une question comme en mille: la musique est-elle une écriture? Ou bien y a-t-il lieu de parler de traduction, de modification, d’adaptation ou de séparation entre les deux champs ? Dans quelle mesure se chevauchent-ils ?
Dans cette table-ronde, il sera question d’écriture, de musique, de relations passionnées, de dicible et d’indicible.

#Table ronde / La richesse des musiques du Maroc

Samedi 21 mai : 10h30 à 12h > Salle des tables rondes

Avec : Ahmad Fassi, Ahmed Aydoun, Ahmed Essyad, Rita Stirn Wagner
Modération : Nadia Paquereau

La musique marocaine, très riche, se caractérise par sa grande diversité d’une région à l’autre du Maroc. On trouve la musique arabe, comme le chaabi et l’aita des plaines atlantiques, le melhoune, l’andaloussi des grandes villes, le gnawa qui s’étend sur les régions de Essaouira, El Jadida et Marrakech ou encore le hassani dans le Sahara marocain. Par ailleurs, il existe une nouvelle génération de jeunes qui crée une musique qui synthétise l’esprit marocain aux influences venues du monde entier (blues, rock, métal, reggae, rap marocain, etc.) Chaque genre et groupe musical est constitué de sous-groupes régionaux et est en outre divisé entre musique «moderne» et «traditionnelle».

#Table ronde / Tanger, carrefour d’influences littéraires et musicales: jazz, Gnawas et musique arabo andalouse

Samedi 21 mai : 12h à 14h > Salon de Lecture

Avec : Christian Eudeline, Hicham El Khattabi, Omar Metioui, Mohamed Métalsi
Modération : Ilham Berrada

Tanger est à la fois un carrefour littéraire et musical, où plusieurs genres musicaux se sont épanouis. Une sorte de melting pot. La Beat generation des Kerouac, Ginsberg et Burroughs profitaient des facilités de Tanger: kif, garçons et notes de jazz. Un jazz qui va connaître une seconde vie à Tanger avec l’arrivée de jazzmen américains à la fin des années 1960 souhaitant renouer avec les racines africaines. Randy Weston en sera la figure de proue. Sa redécouverte des Gnawas marque la ville du Détroit et célèbre ces musiciens d’exception de par le monde.
Mais Tanger c’est aussi la musique arabo-andalouse, l’imprégnation du flamenco espagnol, du tarab arabe et du melhoun marocain, et l’arrivée des groupes hip hop contemporains.

#Table ronde / Musique et littérature: Quand la musique donne le «la»

Samedi 21 mai : 15h à 17h > Salle des tables rondes

Avec : Réda Allali, Ahmed Essayad, Cali
Modération : Christian Eudeline

Place aux artistes dans cette table-ronde! Place aux artistes qui ont investi le champ littéraire, à l’écriture ciselée et qui fréquentent des œuvres. Cette table-ronde interroge les relations complexes entre musique et littérature depuis les musiciens populaires, en Occident ou en Orient, jusqu’aux artistes pop ou aux slameurs aux textes percutants.
Comment ces artistes hybrides voient-ils cette relation entre ces deux champs? Y a-t-il circulation ou séparation entre les deux pratiques? Pourquoi certains artistes décident-ils de produire une œuvre littéraire à un moment de leur carrière? L’ancrent-ils dans leur œuvremusicale ou comme collaboration entre les deux pratiques ? Quels genres les musiciens préfèrent-ils fréquenter: des genres «classiques» (poésie, romans) ou périphériques (polars, science-fiction, littérature jeunesse) ?

#Table ronde / Les Nass el Ghiwane, les Rolling Stones du Maroc (En darija) 

Samedi 21 mai : 17h à 18h30 > Salon de Lecture

Avec : Omar Sayed, Abdelhaï Sadiq, Ahmed Fassi
Modération : Ilham Berrada 

Qui sont les Nass El Ghiwane? Quel impact ont-ils laissé au Maroc? Pourquoi leurs chansons a-t-elle autant marqué les générations? Bien qu’écrits en darija, leurs textes véhiculaient la vision d’une chanson protestataire, ouvrant la porte à la suite à de nombreux groupes et formations marocaines.
Les Ghiwane ont révolutionné la musique au Maroc. Depuis leur passage, on ne joue plus de la même manière, on n’écoute plus de la même façon.